Nouvelles

11 Mars 2015

Unis pour le logement social et communautaire - La FQM et les acteurs de l'habitation sociale et communautaire demandent à Québec de reconduire le programme AccèsLogis

QUÉBEC, le 10 mars 2015 /CNW Telbec/ - Dans une sortie sans précédent, les grandes organisations municipales ainsi que les regroupements représentant l'ensemble des secteurs coopératif, de l'économie sociale et du milieu de l'habitation social et communautaire, ont demandé d'une seule voix au gouvernement du Québec de reconduire et de financer adéquatement le programme AccèsLogis, dans le prochain budget du Québec. Pour les représentants de la Fédération québécoise des municipalités et de cette large coalition, le développement du logement social et communautaire est essentiel pour soutenir les ménages moins nantis et les personnes vulnérables, en plus d'être une politique rentable sur le plan économique. « L'enjeu du logement continue de toucher un grand nombre de personnes et de collectivités partout au Québec. Nous devons donc poursuivre les efforts pour développer davantage de logements sociaux et communautaires », a déclaré le président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), M. Richard Lehoux.

Le logement communautaire représente, dans plusieurs milieux ruraux, la seule alternative abordable et de qualité pour les aînés ou les familles à faible ou modeste revenu. « L'accès au logement est un facteur important pour assurer la vitalité des villes et des villages sur l'ensemble du territoire et pour permettre aux gens de demeurer dans leur communauté d'appartenance», selon M. Richard Lehoux. Pour cette raison, il est important que le programme AccèsLogis soit maintenu, mais également que les mesures financières permettant la réalisation des projets d'habitation communautaire en région, soient reconduites.  

M. Alain Marcoux, vice-président de l'Association des groupes de ressources techniques du Québec, souligne que « poursuivre un programme comme AccèsLogis, c'est investir dans l'économie du Québec, c'est créer des emplois et c'est économiser en santé et en services sociaux ». C'est un message clair que les élus, les partenaires des milieux communautaire, de l'économie sociale et coopératif partagent et transmettent aujourd'hui au gouvernement du Québec.

Le président de la Confédération québécoise des coopératives d'habitation, M. Jacques Côté, précise prendre acte de la situation économique à laquelle l'État fait face, et que ce contexte amène le gouvernement à prendre des décisions visant, d'une part, à stimuler l'économie et, d'autre part, à venir en aide à celles et ceux qui en auront le plus besoin. « Nous croyons fermement  que l'ajout de nouveaux logements communautaires est une réponse indispensable à ces deux objectifs ».

Pour Mme Nancy Neamtan, présidente-directrice générale du Chantier de l'économie sociale, AccèsLogis est un exemple éloquent de la rentabilité économique d'un programme social. « Chaque dollar investi dans le développement du logement social et communautaire représente un apport réel de 2,3 $ en activité économique. L'habitation communautaire permet de lutter contre la pauvreté et l'exclusion, tout en contribuant de manière significative à l'économie du Québec».

Mme Myrtha Laflamme, présidente du Regroupement québécois des OSBL d'habitation, ajoute que « les investissements réalisés par la Société d'habitation du Québec dans des programmes comme AccèsLogis, génèrent des économies annuelles de 130 M $ en divers services de l'État », par exemple, « en permettant aux  ainés de résider plus longtemps dans leur logement et de retarder leur admission dans une ressource intermédiaire ou un CHSLD ».

Pour M.  Robert De Nobile, président du Regroupement des offices d'habitation du Québec (ROHQ), « il importe d'offrir aux plus de 40 000 Québécois qui figurent sur les listes d'attente des offices d'habitation des solutions permanentes pour se loger, le programme AccèsLogis étant un levier significatif pour les communautés dans leur économie régionale ».

Mme Jimena Michea, membre du conseil d'administration du Réseau solidarité itinérance Québec, évoque que « le logement social avec soutien communautaire est un levier majeur pour prévenir et sortir de l'itinérance. En lien avec le déploiement de la Politique nationale en itinérance, l'investissement du gouvernement dans le logement communautaire doit impérativement perdurer et doit même aller plus loin, car les besoins sont en croissance ».

Selon M. Gaston Bédard, directeur général du Conseil québécois de la coopération et de la mutualité, « les coopératives d'habitation jouent un rôle indéniable dans le renforcement de la mixité sociale et urbaine et contribuent à la revitalisation de quartiers et de régions. Les coopératives d'habitation sont aussi un instrument de développement social qui participe à la qualité de vie dans les collectivités où elles s'implantent ».

Le FRAPRU, pour sa part, craint le remplacement d'AccèsLogis par d'autres formules, comme le supplément au loyer. « Ce serait la privatisation de l'aide au logement », indique Mme Véronique Laflamme, porte-parole du regroupement. Selon elle, le logement social est la formule la plus adéquate et durable. Il permet de répondre à toute la diversité des besoins, assure des investissements dans la construction de logements, notamment pour les familles, de rénover des vieux immeubles, de fixer des loyers qui rencontrent la capacité de payer des ménages à faible et à modeste revenus, tout en contribuant à la réhabilitation de secteurs dévitalisés dans les villes.

Pour toutes ces raisons, l'ensemble des partenaires demande au gouvernement du Québec de reconduire le programme AccèsLogis sur cinq ans et de prévoir dans son prochain budget les sommes permettant la réalisation d'un minimum de 3 000 unités de logement par année.

À propos des organisations présentes

La Fédération québécoise des municipalités, le Regroupement des offices d'habitation du Québec, le Réseau solidarité itinérance Québec et  le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) joignent leur voix aujourd'hui à la Coalition de l'habitation communautaire pour réclamer la reconduction et la bonification du programme AccèsLogis. La Coalition regroupe les organisations suivantes : l'Association des groupes de ressources techniques du Québec, le Chantier de l'économie sociale, la Confédération québécoise des coopératives d'habitation, le Conseil québécois de la coopération et de la mutualité et le Réseau québécois des OSBL d'habitation.

 

SOURCE Coalition pour l'habitation communautaire

26 février 2015

Dans notre campagne pour le maintien et le financement adéquat d'AccèsLogis, nous sommes fiers de vous annoncer de l'appui de ville de Lévis a adopté une résolution en ce sens. Le 16 février dernier, le conseil de ville a adopté une résolution demandant la reconduction du programme AccèsLogis, Voici le lien vers la résolution: ICI

Plusieurs villes adoptent des résolutions en faveur d’AccèsLogis dont Montréal, Gatineau Vaudreuil, Sept-Iles,Godbout, Roberval, Saint-Gabriel de Brandon, Sainte-Julienne, Saint-Paul, Saint-Lin-Laurentides, Sainte-Émélie-de-l’Énergie, Notre-Dame-de-Lourdes, La-Visitation-de-l’Île-Dupas, Saint-Esprit, Sainte-Mélanie, Saint-Thomas, Crabtree, Village Saint-Pierre, Les MRC de Les Appalaches, La Nouvelle-Beauce, Robert-Cliche et Les Etchemins, et plusieurs autres municipalités.

L’UMQ adopte une résolution sur les mesures temporaires
Vous trouverez en pièce-jointe une résolution du CA de l’UMQ demandant plus spécifiquement au gouvernement de revenir sur sa décision concernant les mesures temporaires. Voici la résolution ICI
 

Finalement, nous  vous invitons à signer la pétition et à la  faire circuler dans vos réseaux respectif : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-5093/index.html.
 

Merci grandement pour votre appui

6 février 2015

Nous vous invitons à signer cette pétitiion afin que le seul programme de logement communautaire au Québec soit maintenau et soit financé adéquatement.

https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-5093/index.html

Merci de votre encouragement

19 Janvier 2015

COMMUNIQUÉ de l'Association des GRT du Québec

Diffusion immédiate

Le développement de projets de logements sociaux et communautaires compromis

Montréal, le 16 janvier 2015 – Évoquant la situation des finances publiques, la Société d’habitation du Québec a annoncé hier la fin d’une série de mesures d’aide financière qui servaient au développement des projets de logements sociaux et communautaires, dans le cadre du programme AccèsLogis Québec. « La perte de ces aides financières risque de compromettre le développement de projets d’habitation communautaire partout au Québec », s’inquiète madame Édith Cyr, présidente de l’Association des groupes de ressources techniques du Québec (AGRTQ). Ces projets de logements sociaux et communautaires sont destinés aux ménages à faible et modeste revenu ou à des personnes vivant en situation de vulnérabilité.

Les mesures d’aide en question permettent d’atténuer l’écart important entre les coûts réels de réalisation de projets d’habitation communautaire et les coûts reconnus par le programme AccèsLogis aux fins de subventions. « C’est déjà un tour de force de réaliser des projets avec les budgets actuels. Il est donc certain que cette perte de financement remet en question la faisabilité de plusieurs projets », explique la présidente de l’AGRTQ.

Parmi les mesures d’aide qui ne seront plus disponibles, certaines sont spécifiquement dédiées aux régions éloignées et sont essentielles à la réalisation et à la viabilité des projets.

En effet, la subvention pour région éloignée et l’aide à l’occupation du territoire sont des mesures mises en place il y a quelques années pour assurer la poursuite du développement en région, devenu pratiquement impossible avec les paramètres financiers prévus au programme AccèsLogis. « Avec la disparition de ces aides financières particulières , on retourne plusieurs années en arrière et il sera difficile, voire même impossible, de développer des projets de logement communautaire dans les régions », déplore madame Jacinthe Cyr, membre du conseil d’administration de l’AGRTQ et conseillère à la direction du Groupe de ressources techniques en logements collectifs de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Dans le contexte économique actuel, il importe également de rappeler que les projets d’habitation communautaire stimulent l’activité économique et sont créateurs d’emplois dans les collectivités. Chaque dollar investi dans le développement du logement communautaire représente un apport réel de 2,3 dollars dans l’économie du Québec.

La remise en question du développement de plusieurs projets risque aussi de fragiliser tout un réseau d’entreprises d’économie sociale – les Groupes de ressources techniques – qui oeuvrent avec les communautés au développement de l’habitation communautaire sur tout le territoire du Québec .
Afin de trouver des solutions et faire en sorte de maintenir la réalisation des projets de logements sociaux et communautaires, l’Association a demandé une rencontre avec le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire et responsable de l’habitation, monsieur Pierre Moreau. Le réseau des GRT interpellera également les députés afin de les sensibiliser aux impacts possibles de la fin de ces aides financières dans leur secteur.

Le programme AccèsLogis

AccèsLogis est le programme québécois de soutien au développement du logement social et communautaire. Il est basé sur des investissements partagés entre la Société d’habitation du Québec (SHQ), les partenaires du milieu (généralement les municipalités) et l’organisme d’habitation (par le biais de l’hypothèque contractée auprès d’une institution financière).

L’Association des groupes de ressources techniques du Québec L’AGRTQ représente un réseau d’entreprises d’économie sociale – les Groupes de ressources techniques (GRT) – qui accompagnent les groupes de citoyens et les communautés dans le développement des projets d’habitation communautaire, soit en coopérative ou en organisme à but non lucratif, partout au Québec. L’Association et ses membres travaillent, de concert avec les partenaires gouvernementaux, municipaux et communautaires, à maintenir et développer un parc de logements de qualité et accessibles, afin de répondre aux besoins des ménages à modeste et faible revenu.

Dans l’ensemble des régions du Québec, les GRT coordonnent toutes les phases de réalisation des projets et remplissent une mission de mobilisation et de concertation des acteurs sur leur territoire. Depuis 1997, les 24 GRT membres de l’AGRTQ ont réalisé, avec les groupes promoteurs, plus de 30 000 logements communautaires à travers le Québec.

-30-

Source : Association des groupes de ressources techniques du Québec
Renseignement : Violaine Ouellette, responsable des communications Tél. : 514 849-8547 Cel. : 514 605-7877 violaine.ouellette@agrtq.qc.ca

27 Novembre 2014

Mercredi, le 26 novembre 2014 - Les représentants de la Coopérative de solidarité en habitation et de la Coopérative de solidarité commerciale de l’Espace Marie-Victorin ont annoncé aujourd’hui avoir obtenu 101 unités de logement, dans le cadre du programme AccèsLogis administré par la Société d’habitation du Québec (SHQ). Ayant déjà obtenu en août 2013, la confirmation du soutien financier de la Ville de Lévis, cette attribution d’unités permettra de mettre en branle le processus développement de ce projet novateur à plusieurs égards, et dont la livraison est prévue pour l’automne 2016.

La mixité au coeur du projet

Le développement de l’Espace Marie-Victorin, sur le site de l’ancien hôtel de ville de Saint-Nicolas, implique la construction de 3 bâtiments, destinés à loger des ménages à revenus faibles et modestes, et ce, pour des ménages composés de personnes seules, des familles ainsi que des aînés en légère perte d’autonomie.
« Le développement d’une offre de logement pour différentes catégories de ménages tant du point de vue des revenus, que du point de vue de la composition des ménages et du degré d’autonomie des personnes, feront de l’Espace Marie-Victorin, un milieu de vie innovant où cohabiteront mixité sociale et intergénérationnalité», a déclaré M. François Turenne, président de la Coopérative de solidarité en habitation

Espace Marie-Victorin.

Plus précisément, le projet offrira 52 logements pour des ménages familiaux ou des personnes seules autonomes ainsi que 49 logements pour des ménages aînés de 75 ans et plus ou en légère perte d’autonomie. Ces ménages auront accès à des services de repas, d’entretien ménager, de surveillance, etc. Une aide au paiement du loyer sera offerte pour 50% de l’ensemble des logements, dont le ménage sera à faibles revenus. Cette aide fera
en sorte que le ménage consacrera un maximum de 25% de ses revenus au paiement du loyer. Le prix des logements pour les autres ménages sera légèrement en-dessous du prix du loyer médian à Lévis.

En plus de la mixité sociale, le projet de l’Espace Marie-Victorin met en avant, la mixité des fonctions. En effet, la Coopérative de solidarité commerciale Espace Marie-Victorin offrira, 12 000pi2 de superficie locative commerciale à prix abordable, située au premier niveau de l’immeuble, qui fera face à la route du même nom. À cela s’ajouteront, des locaux visant à répondre aux besoins d’organismes communautaires du milieu.

Les commerces suivants sont déjà pressentis pour occuper une partie des espaces : Confessions gourmande, Maison de la famille Chute-de-la-Chaudière, Garderie Namie inc.
« La présence de l’usage commercial sur le site de l’Espace Marie-Victorin permettra combler des lacunes importantes au niveau de l’offre commerciale dans le secteur du village Saint-Nicolas. L’installation de commerces de proximité, s’ajoutant à près de 250 nouveaux résidants dans les logements de la coopérative d’habitation, donnera à l’Espace Marie-Victorin, un rôle de dynamisation de ce secteur de la ville de Lévis », a déclaré M. René Fortin, membre de soutien de la Coopérative de solidarité commerciale Espace Marie-Victorin.

Un projet ancré dans sa communauté

Le projet de l’Espace Marie-Victorin est un bel exemple de développement immobilier ancré dans communauté. Mis sur pied à l’initiative de l’organisme Revitalisation village Saint-Nicolas (RVSN), le projet a su rallier à ses objectifs de nombreux acteurs, qui ont jeté les bases des coopératives d’habitation et commerciale qui ont, par la suite, pris en charge l’élaboration du projet.
« Fidèle à nos pratiques de développement de notre communauté favorisant la participation citoyenne, nous sommes particulièrement fier d’avoir réussi l’élaboration de ce projet, en consultant la population à chaque étape importante du projet. Nous sommes confiants que cette façon de procéder fera en sorte que ce projet s’intégrera merveilleusement à notre communauté à tout point de vue », a déclaré Mme Lise Monette, présidente de Revitalisation village Saint-Nicolas.

Un projet pour Lévis ville de coopération

Le développement de l’Espace Marie-Victorin s’est fait résolument sous le signe de la coopération, en parfaite cohérence avec le concept Lévis ville de coopération. En effet, le développement du volet habitation et commercial ont, tous deux, été pris en charge par la formule coopérative, plus particulièrement la formule de la coopérative de solidarité.

« Nous avons proposé la formule de la coopérative de solidarité comme véhicule de développement du site Espace Marie-Victorin. Nous sommes convaincus que cette formule permettant d’unir les concepts de prise en charge, par les membres utilisateurs
(les locataires de logements ou de locaux commerciaux) tout en bénéficiant de l’appui du milieu, par l’adhésion de membres de soutien, assurera la pérennité du projet », a affirmé M. Alain Marcoux, directeur général du Groupe de ressources techniques Habitation Lévy.

Un soutien au développement solide

Afin d’être en mesure de mener à terme ce projet estimé à un peu plus de 20M$, les deux coopératives se sont entouré des ressources suivantes :
- Le Groupe de ressources techniques Habitation Lévy, entreprise d’économie sociale vouée au développement de logements communautaires et abordables et bien connue pour ses nombreux projets de développement immobilier abordables à Lévis.
- La firme d’architecture Lafond Côté a été retenue pour élaborer les plans de ce projet. Cette firme a développé une très large expertise en développement de logements communautaires. Elle s’est d’ailleurs distinguée, à titre de finaliste pour le prix du mérite architectural 2013 de la Ville de Québec, pour le projet PECH-SHERPA, situé sur le boulevard Charest et pour la réalisation du projet de la Coopérative d’habitation L’Escalier, situé sur le boulevard René Lévesque.
- La Coopérative de développement régional Québec-Appalaches (CDR) a été retenue afin de soutenir plus particulièrement le développement de la coopérative commerciale. La CDR possède une grande expertise dans le soutien et l’accompagnement de projets coopératifs dans la région.

Obtenir un logement ou un espace commercial

Les ménages ou les commerçants qui désireraient obtenir plus d’informations ou faire une demande de logement ou de locaux commerciaux peuvent communiquer avec le Groupe de ressources techniques Habitation Lévy au 418 833-6652 ou avec l’organisme Revitalisation village Saint-Nicolas au 418 831-5217.

– 30 –
Pour information, veuillez contacter :
- M. Alain Marcoux (GRT) : 418 833-6652 # 103 ou 418 580-9913
- M. René Fortin (RVSN) : 418 831-5217

Pages